//www.autisme54.com/piwik/piwik.php?idsite=1

Agenda

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Nos coordonnées

Président : M Jean-Marie Othelet
 
courriel : vivreaveclautisme@yahoo.fr
 

Secrétariat ASSOCIATION : 07.82.40.44.34 (les mercredis uniquement)

Secrétariat FAM-SESSAD : 03.83.96.12.86

 
Domaine de Pixérécourt
Les Charmilles
54220 MALZEVILLE


Nous contacter

Pour recevoir notre lettre d'info

Espace adhérents

La formation « TSA avec déficience légère à modérée : rendre plus prévisible l’expérience sociale», organisée par l’association et dispensée par Patrick Elouard, psychologue sexologue au C.C.I.F.A.64, a eu lieu les 17 et 18 octobre 2015 dans les locaux du SESSAD Vivre avec l’autisme à Malzéville.

Le groupe de participants était constitué de parents, de professionnels du SESSAD, de professionnels en libéral, d’accompagnants familiaux , d’AESH et d’étudiants.

Constat de départ important : parfois nous avons tendance à « prendre pour argent comptant » ce que nous dit la personne avec autisme de son expérience sociale, alors qu’elle ne fait que répéter des réponses apprises par cœur et qui ne font pas sens pour elle. On voit là l’intérêt, avant toute chose, de réévaluer les éléments de « l’intelligence sociale » de la personne avec qui on va travailler.

Le contenu de la formation a fait alterner notions théoriques et exercices d’entrainement visant, pour la personne travaillant avec une personne avec autisme, à repérer les détails sociaux pertinents (enquête sociale de ce que l’on veut travailler) et élaborer des items visuels pour apprendre à débusquer les indices faciaux, corporels, gestuels pertinents de la personne dont on s’occupe.

La formation a mis l’accent sur les pré-requis nécessaires et les compétences indispensables à travailler en amont de l’élaboration de l’outil « scénario social ».

Les pré-requis sont de l’ordre de l’accès à la symbolisation (s’assurer que la personne met du sens sur les photos, pictos et mots écrits utilisés), sur l’accès à la temporalité (s’assurer que la personne a accès à la notion de avant/après).

Les compétences à travailler sont liées au déficit de l’attention conjointe (pointage, direction du regard), à la perception de la prosodie ou musique de la voix humaine (volume, tonalité, rythme), à la perception et à l’attribution d’intentionalité des mouvements de l’autre (fonctionnement des neurones miroir), à la faiblesse de la cohérence centrale ( intégration des parties d’un tout : la pensée en détail) et de la perception sociale du visage, au déficit de la théorie de l’esprit (comprendre l’état mental de l’autre).


Patrick Elouard a également insisté sur la nécessité de s’appuyer sur la manipulation, l’exercice vécu et l’entraînement : en effet, seule l’expérience sensible vécue de la personne sera prégnante pour tout apprentissage. Cette pratique motrice vers un but identifié par la personne avec autisme active ces fameux neurones miroir et lui permet d’intégrer et de se constituer un répertoire moteur. Seul ce répertoire moteur acquis, lorsque la personne sera confrontée à une simple observation visuelle ou auditive de ces mêmes actes moteurs (ou émotions), réactivera alors ses neurones miroir et lui donnera accés à la compréhension et à l’anticipation des situations et des réactions de l’autre en les visualisant de « façon intérieure ».


- Pour comprendre la notion de « neurones miroir » : se référer à l’animation créée par l’INSERM sur le site www.sciencesetavenir.fr/sante du 21 mars 2015
- Pour aller plus loin sur la notion de « système miroir » : se référer à la conférence du Pr F. Herault neurophysiologiste : NEURONES-MIROIRS-2014.pdf

Catherine Vial,
Commission Formation de « Vivre Avec l’Autisme »